jeudi 27 février 2014

Machine Doll wa Kizutsukanai

Deux ans auparavant, alors que toute sa famille avait été massacrée et qu'il se trouvait aux portes de la mort, Raishin fit une rencontre qui donna un tournant à sa vie. Cette femme qui se dressa devant lui, lui proposa de faire un choix : mourir ici de froid ou lui appartenir.

... Deux ans plus tard, Raishin fait route pour l’Angleterre en compagnie de Yaya, une automate dont-il est à présent le marionnettiste.

Mais j'ai bien dit... Automate ? Marionnettiste ?!
En effet, dans ce monde les automates, entités semblable en de nombreux point à des robots dotés de "consciences", ils peuvent réaliser de grandes choses et surtout combattre entre les mains d'un marionnettistes qui le leur permet par la magie et qui les guide.

La raison de la présence de Raishin en Angleterre ? Intégrer l'académie de Walpurgis qui réunit les meilleurs marionnettistes... Mais aussi l'assassin qui à décimé sa famille et qui se fait appeler Magnus, dans le but bien entendu de se venger !

Mais pour l'affronter, encore faudrait-il qu'il ait le niveau... !
L'académie organise en effet un tournoi annuel, les duels nocturnes, mais seul les cent premiers peuvent y participer. Autant dire qu'il en est encore bien loin... Classé avant dernier de sa promotion, ce qui lui a d'ailleurs valu le surnom de Second Last, il devra donc progresser avant d'atteindre son but...

12 Épisodes - Série Terminée
Non Licencié en France

Quand le héros se fait voler la vedette !

Commençons (comme souvent, je sais) par les personnages.
Je dois bien avouer que ce qui m'avait poussé dans un premier temps à jeter un oeil à cet animé, c'est la petite Yaya que j'avais aperçu dans l'ending (cf : ma Playlist de Février)... Elle m'inspirait et à ce moment-là j'ignorais encore totalement ce que racontait cet animé.

Le personnage de Yaya est donc un peu particulier puisqu'il s'agit d'un automate, une sorte de robot de combat qui fonctionne via la magie de son propriétaire... Mais ce qui est appréciable ici c'est qu'elle a un caractère loin d'être soumise (naïve) malgré son statut. Capricieuse et jalouse, il lui arrive (souvent) de finir par étrangler Raishin parce qu'elle est persuadée qu'il regardait ou pensait à une autre fille qu'elle (ce qui n'est jamais le cas, mais dans sa petite tête, son imagination et les bêtises qu'elle raconte fusent).

Ce qui nous donne notre duo de base, même si je dois avouer que si mon coup de coeur pour Yaya est resté (elle me fait bien délirer), je n'ai pas en revanche pas pu m'attacher à Raishin... J'ai eu l'étrange impression que même en étant au devant de la scène, ce personnage était tellement fade en un sens que s'il avait été seul, la série aurait perdu à mes yeux tout son intérêt. Dur dur à expliquer, mais disons qu'il manque cruellement de réaction et à part à toujours être à deux doigts de mourir (et même dans ces situations là, il donne toujours le change) bah, voilà... Enfin, disons qu'il sert de cohésion au groupe, sans lui ont aurait pas ce petit harem d'hystérique délurée (Et puis, j'adore la réputation que lui taille les filles tous au long des épisodes... Je te laisse voir ça) *rires*

Quand aux autres personnages, que ce soit Char, Frey ou encore Loki et leurs automates respectif, ils m'ont bien fait rire.... Il faut dire qu'ils sont tous un peu bizarre et Loki avec ses "Il y a trois choses que je déteste" qui débute tous ses discours (avec la troisièmes choses qui change tout le temps XD)... Oui ce personnage froid au premier abord me plaisait bien. Bref, même s'ils étaient tous plus ou moins cliché, je m'y suis attachée au fil des épisodes ♥


Une intrigue classique, mais intéressante !

Certes, l'intrigue est non sans rappeller Angelic Layer pour cet aspect combat par poupée interposée uo Kurumi Steel Angel notamment pour le côté robot destructeur (et j'en passe), pourtant l'univers que l'on à cherché à construire ici m'a accroché dès les premières minutes de visionnage et m'a tenu tout du long.

Qu'il s'agisse des combats ou encore de l'intrigue, j'avoue que tout m'intriguait beaucoup et cet univers un peu noir, sombre me faisait un peu penser à The mystic archive of Dantalian avec ces automates interdit notamment... M'enfin disons qu'il s'en dégageait quelque chose de similaire et que ça m'a suffit à me plonger à fond dans l'histoire.

Résultat, j'ai visionné la série encore une fois en moins de trois jours (avec épisode le midi au repas et le soir juste tard XD)... Et je crois que oui, je peux le dire, malgré tout ce que j'ai pu dire avant sur Raishin, ou ce que je dirais après, j'ai adoré Machine doll wa Kizutsukanai, une série à la fois bourrée d'action, de combat et d'humour... Bref, tout ce que je recherchais depuis un bon moment !

Juste un petit encart sur le ecchi, bien sûr y'en a et Yaya, ma petite Yaya, est là pour y contribuer. Et tant il y a des titres où c'est subtilement insérer, tant ici j'ai trouvé ça grossier et donc dommage... M'enfin, plonger dans l'univers comme je l'étais ça ne m'a au final que très peu choqué.



Une série non sans défauts !

Avoir adoré cette série ne m'a pas empêchée d'être lucide quand au fait que cette série très courte comporte un bon nombre de défauts. Je ne vais pas tout détailler, simplement parce que... Je n'en ai pas envie et qu'en creusant je trouverai toujours, disons qu'on va en rester à deux, trois, ça sera suffisant pour expliquer mon ressentit.

Et comme la grande majorité de ces défauts tiennent dans la complexité de l'univers qui est mal développé, on va commencer par ça. Il y a en effet plein de choses spécifiques à cet univers où les automates sont légions et souvent tout est très mal posé et ces "détails" pourtant important pour la compréhension, j'ai fini par les éclipser ou à me dire "ouais, au final qu'importe, j'veux juste voir la suite" simplement parce que peu importe comment je retournais ça... Je ne comprenais pas !

Très globalement, il manque au moins un épisode plein pour poser toutes les bases, sur les automates, sur leurs fonctionnement et tout le reste. Parce que ça s'est voulu complexe, mais malheureusement pas aussi bien expliqué et du coup certaines stratégies de combats dites brillantes dans l'animé étaient pour moi simplement incompréhensible !

Il y a aussi tout une intrigue de fond, de complots politiques, de personnages qu'on ne te présente qu'à moitié et pour lesquels, bah tu ignores qui ils sont réellement ou ce qu'ils veulent vraiment au final... Du coup, là encore on reste en eaux troubles. Rien n'est explicité... Disons que globalement, on lance plein de pistes (voir de pièces), mais c'est un peu comme si c'était à celui qui regarde de refaire le puzzle pour comprendre réellement où l'histoire veut en venir tout en sachant que beaucoup de chose reste inachevée à la fin ! Sachant que la série est adapté à partir des romans du même noms qui sont toujours en cours... Peut-être que tout ça vient de là. Mais il est dommage que la cohérence n'ait malgré tout pas été d'avantage recherchée, quitte à éluder certains points pour aider le spectateur à suivre.


En soi, cette série n'est donc clairement pas la série du siècle. Pourtant je dois bien l'avouer que pour l'avoir regardé en très peu de temps sans décrocher de l'univers présenté, je l'ai malgré tout adoré... Mais compte tenu de ses nombreux défauts dues en grande partie à la compléxité de l'univers très mal présenté (voir pas présenté), Machine doll perds une grande partie de son potentiel. Cependant, je surveille une éventuelle saison 2 parce que même avec tout ce que j'ai pu en dire de négatif, j'irais volontier la visionner ! Pour le moment, je compte me tourner vers la version papier, dans laquelle j'aurais peut-être... Plus de réponse ?


 
« Un univers fascinant, malheureusement ternis par de nombreux défauts... »

Chronique réalisée à partir des 12 épisodes de la série.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire